17 Nov
17Nov

"Fruit pas encore blet de quatre générations de carriers marbriers, j'ai opté, à l'époque ou on peut encore le faire, pour les voyages et les belles aventures afin de vivre du beau ! C'est donc baigné de beau et d'un tout différent, que la sculpture m'accompagne depuis vingt ans (...mince ,déjà !)
Je ne supporte pas les fils cachés de l'art et de la carte postale car faire deux fois la même chose est en soit une petite mort.
Je marche et vole sur un sujet jusqu'à satiété.
La bigoudène est la résonnance la plus raisonnable à notre belle féodalité moderne, leur coiffe, étendard sans gland, trône comme un chêne qui se moque bien du superflu.
Fondateur de l'art "préhystérique", et me réclamant seul membre actif, et même très actif, je me suis délecté de compressions, de classique et de mariages de matières et matériaux !
Un marteau et un burin : oui! Mais collez-leur un peu de délicatesse et ils vous le rendent bien !...Mais créer ? Peine perdue. La vie est courte, la mémoire se fane. Je ne suis qu'un artisan du fugitif, toutes ces statues sont vouées à l'éphémère, à la fuite du temps...
Philippe Chantriaux

17Nov
Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.